Enfantée dans   la   douleur, en   plein     renouveau  démocratique,   sous   l'éclairage   du  Professeur   Pascal  Lissouba,    l'UPADS  a connu   une existence  tumultueuse  jusqu'au  Congrès  constitutif  de  1995.  Depuis,   ce   Parti  est   resté   traversé  par des turbulences  qui   le gênent  à s'imposer,   autant   par son   fonctionnement  que   par  la pratique de ses  dirigeants.   Ces   turbulences ont été  gravement  accentuées  avec le   coup  d'état   de 1997 qui a brisé le   parti, l'a fragilisé  et  a éparpillé à travers le monde   les   membres de  sa   direction   ainsi   que bon   nombre de  ses  militants. 
 
          Dans leur effort de  reprise  en  main   de  leur Parti,   les cadres  et  militants de  l'UPADS,  de  leur  exil,  et en dépit  de l'adversité  manifeste  du  pouvoir    de Brazzaville,  ont   convenu  de créer  les   conditions de    la relance    des  activités du  Parti  sur le territoire   congolais.  Des   concertations à  Paris,  il en est   sorti  la    convocation d'un    Congrès   extraordinaire à Brazzaville, tenu   courant   2006.   Malheureusement, l'objectif de  la   réunification  visé   par ce  Congrès   n'a pas  été   atteint.
 
          Le Secrétariat  National   et le  pléthorique  Collège des  Vice Présidents  issus   du  Congrès de 2006   n'ayant   pu ramener  au  sein du Parti  les composantes  non  satisfaites  de  l'esprit  et   de  l'organisation  de ce Congrès,   il s'en est  suivi la tenue   en  2009  d'un  autre   Congrès qui,    comme le précédent,  n'a pas  rassemblé  tous les militants.  Ce fut  l'UPADS " Fond Jaune ".
 
          Ainsi, en   raison   des  dissensions  entre   cadres et  dirigeants du  Parti  sur sa   ligne politique,  le Parti se   trouva divisé  en   plusieurs  camps antagonistes. Cette  scission  de l'UPADS est   la preuve   manifeste  que  les contradictions  au  sein   du  Parti  n'ont   jamais été  résolues.Par  ailleurs,   le bilan de l'exercice  du  pouvoir  du  président  Pascal  Lissouba  et celui    de son   parti  n'ont   fait l'objet de  préoccupations  particulières.
 
         La   réunification de l'UPADS,   péniblement  tentée  en 2010,  a été  un   cuisant  échec.  Les   forces   opposées à  l'UPADS   jouant   sur l'inconstance  et  les  ambitions démesurées   des   uns et des  autres pour  aggraver  les  désaccords  et   ne laisser   aucune  place  au  consensus  réparateur  au   sein du  Parti.  
 
         Sur  la base  des  orientations du  Conseil  National  de   décembre  2012,  le   Congrès de  2013 qui    se  devait  être  unitaire  ne l'a pas été  parce que  préparé  sous tension,  dans une atmosphère  de querelles  et de mésentente.  Ce  congrès a achevé   de fragiliser  l'UPADS en  mettant, sans  motifs apparents,   hors de son  champ  d'exercice,  un   grand   nombre de ses militants.
 
           Dans  le   contexte  politique  actuel   consécutif   à  la crise  post électorale  et  où    la   clarification est   essentielle  pour galvaniser les  congolais  et  fidéliser  les  militants  du  Parti,   les  animateurs de  l'UPADS  ont  choisi  de tourner   le  dos  aux  vertus du  débat   démocratique  dans le parti, condamnant   l'UPADS  à  végéter    comme  une  plante  dans le désert.
 
          Au   regard   de  la   succession d'échecs passés  et  présents  que   connait  notre  Parti et   conscients  de son  sombre  horizon,
          Animés  par  la ferme  volonté  d'apporter  de  manière   rationnelle  et  ordonnée  notre   contribution  à ses victoires  futures, 
 
 Nous,  militants   et  sympathisants de  l'UPADS, prenons la   résolution de créer  un COURANT  au  sein de l'UPADS,  conformément   à  l'article   24  de  ses  statuts  dénommé  "Ligne   du  congrès   1995"   tout en  lançant   un appel   à  l'appropriation   dudit  COURANT   par  les membres   de  la   famille UPADS, au  nom  de  l'intérêt supérieur  du Parti.
 
 La  "Ligne  du Congrès  1995 "  se  veut  un  COURANT  qui  prend  pour engagement  de  favoriser les   conditions  d'un   nouveau   départ de  l'UPADS dans un esprit  d'unité et de rassemblement   tel   que  l'a toujours   souhaité   le  Président  Pascal  Lissouba. 
 
                 Fait   à  Paris  le  20   décembre 2016