En ce jour de célébration du 55ème anniversaire du Congo-Brazzaville, la Section de l'UPADS Paris Île-de-France a tenu une réunion pour discuter sur les activités de la section et analyser le discours à la Nation du président Sassou Nguesso.
Après avoir scandé la devise du parti, le bureau de la section a observé une minute de silence en mémoire des pères des indépendances africaines et du Congo, ainsi qu'en mémoire de toutes les victimes de la colonisation en Afrique.
Le bureau de la section Paris Île-de-France a traité entre autre de :
- La stratégie de communication et de mobilisation des Congolais de l'Île-de-France,
- Les réunions publiques,
- La participation aux mouvements d'opposition en France : le cas des Assises,
- Les activités de l'opposition au Congo : Le discours à la Nation de Denis Sassou Nguesso.
 
Sur la stratégie de communication et de mobilisation des Congolais de l'Île-de-France, la section pense utiliser toutes les ressources nécessaires : tracts, Facebook, YouTube, tweeter, rencontres pour mobiliser les Congolais.
La situation dans laquelle se trouve le Congo est telle que nous ne pouvons nous permettre de rester cloitrer chez nous alors qu'un pouvoir corrompu est en train de détruire le Congo.  
De ce fait, nous allons multiplier les réunions publiques. La section est surtout consciente que les réunions publiques restent des moments de rencontre, d'échange et de discussion avec tous les Congolais et autres frères et sœurs panafricains autour des sujets qui nous concernent tous : L'alternance politique en juillet 2016, la réforme de l'Etat et des institutions… 
Le Congo et l'Afrique sont dans une telle situation de délabrement économique qu'il est nécessaire que toutes les forces vives se mobilisent, notamment les jeunes et les femmes, pour élaborer des solutions aux problèmes.     

 Participer aux activités de l'opposition est une des motivations de travail de la section Paris Île-de-France. La section participe aux travaux des Assises, elle est présente aux différentes manifestations organisées par les Assises. Cela a été le cas lors des réunions des 18 et 25 juillet 2015, organisées en vue de répondre au pseudo-dialogue de Sibiti qui en fait était une réunion du PCT et apparentés.
La section Paris Île-de-France soutient la décision du secrétariat national du parti et celle du Front Républicain : Il n'y aura pas de dialogue sauf celui de la gouvernance électorale.  
De ce fait, la section est en lien avec la direction du parti au Congo et se tient à la disposition des Congolais de l'extérieur pour les informer et les mobiliser pour qu'ils prennent une part active au débat politique au Congo.  

Enfin, les membres de la section se sont interrogés sur le sens et la portée du discours à la Nation du président Sassou.
Le président Sassou a introduit son discours en utilisant une forme impersonnelle de discours : " suivant la constitution de notre République…, ce message-ci est le dernier du septennat. L'année prochaine, à la même date ou presque, se tiendra ici devant vous le président de la République sorti victorieux de l'élection présidentielle de juillet 2016... "
En réalité, le président Sassou, en bon démocrate et républicain soucieux de l'avenir du Congo aurait dû dire " ce discours est mon dernier en tant que président. L'année prochaine, mon successeur se chargera de faire ce discours car je ne pourrai plus être candidat après mon deuxième mandat… "
Cette introduction montre toute l'ambiguïté qu'entretient Sassou Nguesso dans les têtes des Congolais car, il n'a pas renoncé à se maintenir au pouvoir, mais il a peur de la réaction des Congolais. Il entretient donc le doute.
Toujours dans son discours, Sassou NGuesso dit que la richesse produite par le Congo est redistribuée entre tous les Congolais.
Mais, comment fait-il pour redistribuer cette richesse entre tous les Congolais ? Par quels mécanismes ? Quel est le service administratif qui s'en charge ? Comment évaluer les effets de cette redistribution… ?
La section Paris Île-de-France s'étonne de cette annonce alors que les enfants congolais ne sont pas tous scolarisés, les écoles manquent de tables bancs (nos enfants s'assoient par terre), de matériels didactiques et pédagogiques et ils y a entre 60 et 100 élèves par classe ?
Comment fait Sassou Nguesso pour donner à chaque Congolais sa part de la richesse créée alors que les hôpitaux manquent de médicaments et les médecins manquent de matériels et d'outils pour soigner ? Le CHU est surnommé le CH-tue.   
Comment peut-il affirmer cela alors que Pointe Noire qui produit 70% de cette richesse est dans la saleté, les immondices et les jeunes n'ont pas de travail… ?
Enfin, que pense-t-il des 70% des Congolais qui croulent sous le seuil de la pauvreté avec moins de 1 dollar US par jour ? Qui prend leur part ? Puisque Sassou Nguesso reconnait que chacun à sa part. 
  

La section de l'UPADS Paris Île-de-France est du côté de tous ceux qui souffrent et qui espèrent en l'alternance au pouvoir en juillet 2016 pour que le Congo parte de l'avant et que chaque Congolais puisse avoir un avenir.
Commencée à 16h cette réunion s'est terminée à 19h.

Fait à Nanterre,    le 15 août 2015

Le bureau de la section