Camarades membres du Conseil National,

Nous sommes arrivés au terme de notre session. Le fort taux de présence relevé et la qualité de vos contributions montrent le grand intérêt que vous avez accordé à cette session.

La moisson obtenue dans un climat de camaraderie exemplaire est bonne. Permettez-moi, mes chers camarades, de vous en féliciter. Mais le temps des joutes oratoires est passé pour être relayé désormais par l’action.

Camarades,

              Les importantes conclusions de nos travaux révèlent que vous avez bien circonscrit les contours du défi lancé au Peuple congolais par le Président Dénis Sassou Nguesso et son parti, le PCT, dont les velléités du changement de la Constitution ne font plus de doutes.

La soif de l’alternance démocratique exprimée silencieusement par tout le Peuple congolais, et ouvertement par les militants de l’U.PA.D.S, ne peut fortement s’étancher par ces veines menaces. Il nous faut par tous les moyens qu’offre la Constitution, même au prix de nos vies, faire échouer ce projet qui pourrait retarder durablement notre démocratie qui a perdu de sa tonalité depuis le coup d’Etat du 15 Octobre 1997.

Comme vous pouvez l’imaginer, le combat des mois à venir s’annonce âpre pour notre parti qui doit efficacement et courageusement jouer, aux côtés d’autres forces démocratiques acquises au « non changement de la Constitution du 20 janvier 2002 », le premier rôle d’encadrement et de rassemblement.

Ce combat doit être mené sans nuire d’aucune manière aux fondements de l’unité nationale, auxquels nous sommes si attachés. L’U.PA.D.S doit donc maintenant se positionner clairement aux cotés du Peuple pour l’accompagner dans la difficile épreuve d’exorcisme de la peur servie quotidiennement par le pouvoir PCT aux Congolais.

Chers membres du Conseil National,

En repartant dans vos localités respectives, soyez dès à présent les puissants vecteurs de communication et de vulgarisation des motions et résolutions prises au cours de notre session. Qu’elles deviennent votre bréviaire et qu’elles fassent office d’ordre de mission.

Vous êtes désormais attendus sur le terrain pour barrer la route à tous les réfractaires aux valeurs démocratiques et à l’alternance consacrée par la Constitution en vigueur au terme de l’article 57.

Tout en vous souhaitant bon retour dans vos localités respectives, je déclare close la première session ordinaire du Conseil National.

Je vous remercie. 

         Fait à Brazzaville, le 19 décembre 2014 

    Pascal TSATY-MABIALA

 

Premier Secrétaire de l’UPADS