Compagnons membres du  Bureau Exécutif  National,

 

 

Réunis   aujourd’hui  dans  cette  salle  de  l’institut   de  réadaptation  qui  nous  a  déjà   accueillie  dans  le  passé,  le  Bureau  exécutif   du  RDD  tient en  ce  jour  sa  session  ordinaire  qui  correspond , à  quelques  jours  près, à  la  date  de  son  anniversaire.

 

Chers compagnons,

 

Notre  parti  qui,  depuis  plus  d’une  décennie,  a  connu  de  fortes  perturbations,  entame  désormais  de  manière  durable,  patiemment  mais  surement ,  sa  remontée  sur  l’espace politique  congolais.

 

·        La  première  perturbation,  qui avait  des  origines  exogènes,  était  la  conséquence  des  évènements  tragiques  de  1997,  qui  a  littéralement décapité  de manière  temporaire  notre  formation  politique  et  déstructuré sa  base  ;

 

·        La  seconde,  plus  récente,  est  de  nature  endogène, s’est  traduite  par  la  crise  qui  a  divisé notre  parti  en  2013.

 

Afin  de  conjurer  cette  seconde  crise,  ce  nouveau  secrétariat  avait  été   mis  en  place  afin  de  relancer notre  parti,  le RDD  avec  comme  tâche  prioritaire la  reconstruction  du  Parti, et  son    redéploiement  sur  l’espace  politique  national.

 

C’est  la  tâche  à  laquelle  nous  nous  sommes  attelés  non  sans  difficultés,  car non  seulement,  notre   formation  politique  est  aujourd’hui  dépourvue   de  moyens  logistiques,  mais  encore  les  différentes  perturbations  ont  laissé  de  profondes  séquelles  en  notre  sein.

 

Patiemment, une  année  durant,  nous   avons  essayé  de  gommé  les  aspérités   apparues  en  notre  sein  ainsi  que  toutes  les  autres  pesanteurs  politiques  et  psychologiques. Le  travail  se  poursuit  car  il  ne  peut  s’achever  qu’après  plusieurs  années. Pendant  cette  même  période,  nous  essayons  de  retrouver  nos  fondamentaux  et  peaufiner  notre  stratégie   qui  sera  validée  lors  du  prochain  Comité  Directeur.

 

Malgré  ces  handicaps,  notre  parti  a  présenté  24 listes  aux  élections  locales  de  septembre  2014.L’élections  de  deux  conseillers  seulement  ne  reflète   nullement  la  réalité  politique  sur  le  terrain et  notre  communiqué  de  presse  publié  à  l’issue  de  ce  scrutin ,  résume  notre  position  sur  l’organisation  des  élections  dans  notre  pays  et   le  peu  de  considération  que  notre  partenaire  le  PCT  avec  lequel  nous  avons  un  accord  politique  affiche  envers  nous. Même  lorsque  nous étions  à  l’opposition,  nous  n’avions  jamais  été  traité  avec  un  tel  mépris  car  notre  partenaire  ne  respecte  nullement  ses  engagements  contractuels.

 

 Compagnons,

 

En  nous  exprimant  ainsi,  nous  ne  mettons  nullement  en   cause  notre l’accord  politique  avec   le  PCT  car  nous  ne  saurons    dédire  la  signature  de  notre  président   le  Général  Jacques  Joachim  Yombhy  Opango. Mais  la  gestion  de  cet  accord est  loin  de  nous  donner  satisfaction  tant  sur  le  plan  relationnel  que  dans  un  cadre  global  en  ce  qui  concerne  la  gouvernance  de  notre  pays.

 

En  effet, la  situation  sociale   de  notre  peuple  demeure  préoccupante , particulièrement  dans  le  domaine  de  l’emploi,  de  l’habitat,  du  pouvoir  d’achat  et  de  l’éducation  et  la  conséquence    en  est  le  manque  de  cohésion  sociale  et  les  nombreuses  frustrations  au  sein  des  congolais.

 

Compagnons  membres  du  BEN,

 

Afin  d’améliorer  le  quotidien  et  d’assurer  l’avenir  de  notre  peuple,  nous  devons  nous  battre  là où  nous  nous  trouvons afin  d’améliorer  la  gouvernance de  la  chose  publique,  contribuer  à  la  création  de  la  richesse  nationale  et  en  assurer  une  meilleure   distribution. C’est  notre  devoir  mais  c’est  également  celui  des  élites  congolaises,  qu’elles  soient  dans  la  majorité  présidentielle,  à  l’opposition  ou  dans  la  société  civile.

 

Que  Vive  à  Jamais  notre  parti  le  RDD,

Vive  notre  Président,  le  Général  Jacques  Joachim  Yombhy  Opango.