Messieurs et Mesdames de la Presse,

L’U.PA.D.S qui avait toutes les raisons de boycotter les présentes élections, tant les conditions de transparence et notamment l’indépendance de la Commission Electorale n’étaient pas garanties, avait plutôt et contre toute attente choisi la voie de la sagesse en décidant de sa participation. Sans jamais regretter cette décision courageuse et responsable mais sans imaginer le gangstérisme qui s’y préparait en dehors des dispositions de la loi électorale déjà si controversée, l’U.PA.D.S espérait encore du pouvoir un minimum d’honnêteté dans l’accomplissement des actes relatifs à la centralisation et à la proclamation des résultats issus des urnes.

Par ailleurs, l’U.PA.D.S relève un taux d’abstention encore plus élevé qu’auparavant. Il résulte sans doute du mauvais recensement administratif dont l’U.PA.D.S a régulièrement contesté les résultats. Après une semaine entière de tripatouillage desdits résultats qui variaient de jour en jour, le Ministre de l’Intérieur a procédé hier dimanche 05 octobre à leur publication.

L’U.PA.D.S constate avec émoi, que ce qui vient d’être publié, relève du banditisme et enlève à notre système électoral le dernier centime de crédit que l’on pouvait encore lui accorder.

 En effet dans la nuit du 04 au 05 octobre alors que le relevé officiel des résultats dûment signés par l’ensemble des membres du Bureau de la CONEL était transmis au Ministre de l’Intérieur en vue de leur publication, les mêmes membres du bureau de la CONEL se sont permis d’accéder nuitamment dans les locaux de la CONEL où sont conservés tous les résultats.

La procédure est pour le moins rocambolesque. Ils ont soutiré du bottin les pages des résultats curieusement non paraphées, sur lesquelles figuraient les résultats, ont procédé unilatéralement à leur correction, ramenant à titre d’exemple les résultats de l’U.PA.D.S à Dolisie de 15 à 3 sièges et privant injustement notre Parti de sa belle victoire incontestée à Dolisie.

Devant ce hold up inacceptable, couplé à une corruption avilissante portée par un magma financier servi à des populations congolaises paupérisées à dessein par le pouvoir PCT, l’U.PA.D.S exige la publication des résultats tels que sortis des urnes et validés par les délégués de la CONEL.

L’U.PA.D.S conditionne sa participation aux scrutins annoncés (élections sénatoriales, élections aux conseils départementaux et communaux) à leur publication et à leur conformité avec la réalité des urnes. Enfin, face à la gravité de l’acte de délinquance perpétré dans les locaux de la CONEL qui décrédibilise notre système électoral déjà si décrié, l’U.PA.D.S demande la révocation immédiate de tous les membres du bureau de la CONEL pour forfaiture.

Fait à Brazzaville, le 06 octobre 2014.

Le Secrétariat National.