Camarades jeunes de l'U.PA.D.S.


Au moment où nous sommes rassemblés ici en plein air, victimes de l'embargo subtil que le pouvoir fait peser sur notre Parti au regard de la salle de la mairie centrale de Brazzaville qui nous a été refusée, ayons toujours à l'esprit, ayons toujours conscience que la démocratie est un combat éprouvant et permanent.
Elle n'est jamais définitivement acquise surtout face à ceux qui y sont viscéralement réfractaires.
La jeunesse doit donc désormais s'engager résolument, sans réserve et avec courage dans ce combat pour éclairer son devenir vraisemblablement plombé par les incertitudes néfastes des lendemains générés par un système PCT aux élans totalitaires avérés, voire monarchiques.
Les mains nues, le torrent de nos larmes et de notre sang, voilà les armes de notre combat dès cet instant, dont nous sortirons coûte que coûte vainqueurs.
On ne peut en effet abuser d'un peuple qu'un temps, mais on ne peut pas le tromper, le duper, en abuser tout le temps.

La jeunesse de l'U.PA.D.S
Brazzaville, le 08 juin 2014