De source sure, nous avons appris que le conseiller du chef de l’Etat congolais, chef du département de la communication, des médias et des relations publiques, Claudia Ikia Lemboumba Sassou N’Guesso, avait organisé le samedi 25 janvier 2014 une rencontre avec les directeurs de publication de la presse présents à Brazzaville.


Elle n’y est pas allée par quatre chemins, le message est d’une limpidité et d’une clarté académique : œuvrer pour un partenariat gagnant-gagnant avec l’Etat en 2014. Dans le pays qui créa la démocratie orientée, les portes ouvertes n’étaient pas enfoncées car il y a plus simple, enlever le mur, et donc la porte avec.


La presse, qu’il s’agisse de l’Agence Congolaise d’Information (ACI), de la presse privée, des fréquences piratées, des subventions ou des échanges entre le Chef de l’Etat et la presse, tout a été ramené à un appel à la presse à œuvrer pour un partenariat gagnant-gagnant avec l’Etat en 2014. Mais l’Etat étant en déconfiture, il ne reste guère que le palais de Mpila pour réaliser le miracle annoncé.
L’objectif affiché est de travailler en synergie pour changer l’image de la presse congolaise. Appelés à la responsabilité et au professionnalisme, les journalistes sont invités, « au lieu de se verser dans l’injure, la diffamation, l’incitation à la haine, à la violence et autres entorses à la déontologie », de « faire un effort pour être à la hauteur de leur tâche ».


Et le contrat est énoncé sans détour : si le président Sassou et ses affidés sont épargnés (cela s’appelle éthique et déontologie), à son tour Madame Claudia Ikia Sassou fera le plaidoyer auprès de son père pour l’obtention des subventions. Cela a l’avantage d’être clair.
Cet appel à la médiocrité, à l’absence de sens critique, à la soumission et à la docilité est en soi une menace : quiconque ne courbe pas l’échine ne verra pas la couleur du chèque qui permet d’aller toucher sa subvention au trésor public. D’ailleurs, la porte des bureaux de Madame Claudia Sassou reste ouverte à la presse (suivez le guide)!


Ainsi la fille prépare 2014 et 2016 en achetant la presse. Exit Bienvenu Okiémi ministre de la communication, exit Philippe Mvouo Président du Conseil Supérieur de la Liberté de la Communication.


Véro-Germaine MBOUSSI.